« Numérisez ou votre entreprise ne survivra pas ». Disrupt or be disrupted. Cet impératif revient de plus en plus souvent à nos oreilles, même au sein de toutes petites entreprises. Pour de nombreuses personnes pourtant, le terme « numériser » n’a aucun sens. Alors, de quoi parlons-nous ? Dois-je avoir une application en tant que fleuriste ? S’agit-il de l’IoT, de l’intelligence artificielle ou encore de l’automatisation ? De tout cela et bien plus encore.

Une classification

Dans un sens plus restreint, la numérisation fait référence à la conversion de choses ou de processus analogiques en formats numériques. Ainsi, ces données numérisées peuvent être plus facilement enregistrées, distribuées et traitées. Elles sont lisibles électroniquement et donc plus rapides à rechercher et à traiter.

Étant donné que le terme « numérisation » a plusieurs significations, nous définissons ce terme sous les trois aspects principaux suivants :

  1. Nouveaux modèles commerciaux : Les nouvelles technologies donnent naissance à de nouveaux modèles commerciaux déstabilisants.
  2. Automatisation des processus : Il s’agit d’accroître l’efficacité des processus. La liaison des différentes étapes de processus réduit la charge de travail tout en rendant les processus plus rapides et moins coûteux.
  3. Services apportés aux clients / Customer Centricity : La communication directe et numérique, ainsi que l’amélioration des processus permettent d’améliorer l’expérience client. Les entreprises sont plus proches de leurs clients, permettant ainsi une meilleure connaissance de leurs besoins.

 

Technologies numériques comme base de la numérisation

L’Université de St. Gall a regroupé dans «Concrétisation de la numérisation : Expérience pratique» (2019, PDF) huit technologies rendant possible la numérisation ou la transformation numérique. Ces technologies sont actuellement le point de mire de nombreuses entreprises, et de nouvelles viendront s’y ajouter alors que les technologies actuelles perdront peu à peu leur intérêt.

Les « Apps » (Applications), aussi appelées «logiciel d’application» sont des programmes numériques exploités via Internet, un smartphone ou une tablette. Ils offrent une interface simple, conviviale et souvent intuitive à l’utilisateur.

La Blockchain est – en termes simples – une chaîne de blocs de données reliées dans un ordre chronologique et stockés de manière centralisée sur plusieurs ordinateurs.

Data Science et Analytics : Une caractéristique essentielle du monde numérique est la production et la disponibilité de grandes quantités de données (« Big Data ») traitant de nombreux sujets, comme les données machines, les comportements clients ou encore les processus de travail.

Les plateformes numériques sont des lieux qui réunissent les différents acteurs du marché, comme par exemple les vendeurs et les acheteurs lors d’un salon, ou les compagnies aériennes et leurs passagers dans un aéroport.

Le E-Commerce est l’échange de produits ou de services par l’intermédiaire des réseaux informatiques.

L’introduction et l’utilisation des systèmes d’information intégrés, comme par exemple le CRM ou l’ERP, deviennent de plus en plus nécessaires dans la pratique.

L’Internet des objets ou Internet of Things (IoT) est l’interconnexion entre les objets et Internet. Ceux-ci sont équipés de puces, de capteurs, de mémoires de données ou de systèmes logiciels qui permettent l’échange de données avec d’autres appareils les rendant ainsi plus intelligents.

L’intelligence artificielle consiste à utiliser des ordinateurs et des algorithmes pour reproduire l’intelligence humaine.

La désignation Open Source Software ou code source ouvert s’applique aux projets de développement de logiciels souvent complexes et innovants qui sont indépendants des entreprises commerciales.

La robotique ou la technique robotique est un domaine en pleine croissance qui utilise des méthodes et des approches issues du génie mécanique, électronique et informatique.

L’échange et la communication avec d’autres participants sont les buts principaux des utilisateurs des réseaux sociaux. L’utilisation de ces réseaux a considérablement augmenté ces dernières années, de sorte que leur importance commerciale s’est également fortement accrue.

 

Et alors ? La technologie seule ne suffit pas.

«Des méthodes pour savoir où la numérisation se développe et quels domaines d’action sont touchés, sont utilisées quotidiennement dans la gestion stratégique.», c’est ce qu’évoque le netzwoche dans son article sur l’état actuel de la numérisation. Leur conclusion : «Blanc en apparence, noir en conscience.» a été choisie car de nombreuses entreprises s’imaginent être sur le bon chemin pour devenir des championnes de la numérisation, alors qu’elles sont en réalité loin du compte : Elles ont investi dans quelques outils numériques mais n’ont aucune stratégie concernant le monde numérique professionnel.

L’analyse de la structure des branches, selon le modèle des Cinq forces de Michael Porter, est une bonne base pour l’édification d’une stratégie.

Les cinq aspects suivants sont examinés :

  1. Intensité de la rivalité entre les concurrents
  2. Pouvoir de négociation des fournisseurs
  3. Pouvoir de négociation des clients
  4. Menace des produits de substitution
  5. Menace d’entrants potentiels sur le marché

En se fondant sur cette base, une stratégie de numérisation doit être élaborée et examinée en prenant en considération les technologies, la structure, la culture, et éventuellement les nouveaux produits et services, afin d’apporter réellement une valeur ajoutée à l’entreprise. Il est crucial, que la direction soutienne l’introduction de toute nouveauté ainsi que les processus de gestion du changement qui s’en suivent.

 

Les PME ont-elles une opportunité numérique ?

Les PME suisses ont-elles les ressources humaines et financières nécessaires, ainsi que le savoir-faire pour affronter le processus de numérisation ? Sur ce point aussi, les petites entreprises doivent réfléchir à leurs points forts : Ce sont des entreprises qui ont une grande flexibilité de part leur organisation horizontale et des processus courts de prise de décision. De plus, le contact avec les clients est souvent plus direct et plus personnel. C’est précisément parce que les petites entreprises ont des budgets restreints pour ces genres de projets, qu’il est important de penser une stratégie intelligente pour optimiser le levier de développement qu’est le numérique.

Une enquête  de Ernst & Young 2019 démontre clairement, que  ce sont plus particulièrement les grandes entreprises qui osent s’attaquer à la numérisation : «Pour 73 pour cent des entreprises suisses, les technologies numériques jouent un rôle moyen à significatif dans leur modèle d’affaires respectif. Il y a un an, elles n’étaient encore que 66 pour cent à avoir cet avis, et il y a deux ans, seulement 45 pour cent. Les technologies numériques jouent un rôle notable, en particulier dans les relations avec la clientèle, qui sont de plus en plus intégralement, ou partiellement, placées sous le signe du numérique. Alors qu’une entreprise sur deux réalisant un chiffre d’affaires annuel supérieur à 100 millions de francs attache une très grande importance aux technologies numériques, ce taux n’est que de 20 pour cent pour les très petites entreprises.

 

L’image numérique de soi

Dell Technologies a récemment mené une enquête auprès des PME suisses sur les défis de la numérisation. « 96% des personnes interrogées en Suisse sont convaincues qu’elles disposent des compétences technologiques nécessaires pour se démarquer de manière décisive de leurs concurrents internationaux ». Pour elles, le plus grand potentiel technologique se trouve dans l’utilisation accrue des appareils mobiles (42%) et des services Cloud (41%). 96 % des PME sont-elles vraiment prêtes pour le numérique ?

 

«Les péchés capitaux» du numérique

Les assurances Axa ont rassemblé les 7 péchés capitaux du numérique. Un aspect du bilan est également important de notre point de vue : La numérisation ne se fait pas simplement pour son bon plaisir ou par intérêt pour la technologie. C’est une véritable plus-value pour les clients, les employés et les partenaires. La numérisation fait partie des premiers pas vers la pérennisation de l’entreprise.

Les 7 péchés capitaux sont :

  1. User Jungle vs. User Journey
  2. Me-Commerce vs. E-Commerce
  3. Tragic Moments vs. Magic Moments
  4. Small Brain vs. Big Data
  5. Single Channel vs. Omnichannel
  6. Mobile Last vs. Mobile First
  7. Misruption vs. Disruption

 

Comment Swiss21 vous aide-t-elle dans le domaine de la numérisation ?

  1. Cloud et app mobile – Swiss21 est toujours présente.
  2. Automatisation et efficacité.
  3. Plus de temps pour vos clients grâce à des processus rapides et efficaces.
  4. Swiss21 est un système d’information intégré avec des solutions CRM et ERP.
  5. E-Commerce avec 21.Commerce.

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience possible sur notre site. Si vous visitez notre site, nous considérons que vous acceptez ces cookies.
Cliquez ici pour consulter notre déclaration de confidentialité.

Plus de 21’000 petites entreprises

utilisent déjà la plateforme innovante de Swiss21.org. Vous aussi ! Atteignez plus rapidement vos objectifs grâce à la mise en place de processus intégrés et structurés